ACCUEILAccueil  ACTUALITESBANDES DESSINEESDVD VIDEOSLIVRESMUSIQUESCONCOURS
 CONTACTContact
UNDERGROUND SOCIETY __ L'essentiel de la culture
xx ARTICLESVous avez choisit le pôle Musiques _x LIENS
x
Choisissez une rubrique
  CHRONIQUES CD's
  CHRONIQUES VINYL's
Envoyer vos commentaires _
FOCUS_PARTENAIRE
ADIPOCERE e-shop
Les albums chroniqués dans ces pages sont pratiquement tous disponibles chez Adipocere, avec un large choix de CD's, DVD's, VINYLS et Merchandising... Pour ma part, je souligne que le contact et très facile et les envois sont très professionnels. Avec un site web actif et un magasin au : 11 Place Edgar Quinet - 01000 Bourg En Bresse, ouvert de 10H à 19H ...
...............................................................................
Envoyer vos news
[ Archives ]
 COUP DE COEUR A DECOUVRIR :
Bison Bisou
Bodysick
Disinter
Enslaving The Dead
Alea Jacta Est
Dies Irae
BISON BISOU
Bodysick CD
[
A Tant Rêver du Roi Records ]
Bison Bisou est une entité à part entière dans la scène indie-rock la plus hype du moment, avec une envie à l'expérimention et la création de titres destructurés comme "Hypersects" tout en force, "Fine" ou "Totalfantasy" beaucoup plus rentre dedans, s'inspirant directement de la scène hardcore new-yorkaise des années 90's et enfin "Bootyseas" plus recherché rythmiquement. Si comme moi vous êtes fans de groupes comme Fugazi, la musique de Bison Bisou à tout les atouts pour passionner et faire tomber de haut l'auditeur que nous sommes, qui se penchera sur ce groupe dont l'importance prises par les guitares, donne à ce disque une chaleur moite et agressive. C'est bien là le petit plus de Bison Bisou, qui mise sur l'énergie et l'émotion véhiculé par une section rythmique sale, des vocaux sincères et non mélodiques. A l'image de la pochette, Bison Bisou arrive à créer un univers propre à lui où chaque note retentit comme une lame de rasoir. Enfin, quoi qu'il en soit, ce "Bodysick" est foutrement efficace et nous démontre que le mélange de post rock et de noise peut être jouissif, même avec une intro chorale. A découvrir pour les non initiés.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
ALEA JACTA EST
Dies Irae CD
[
Useless Pride Records ]
Rien que la pochette impose vraiment qu'on jette une oreille sur ces 11 titres, car cette image assez violente du corbeau et du crane romain qui montre cette mort, décrit parfaitement l'intensité des titres. Devenus rapidement populaires dans le milieu du hardcore, Alea Jacta Est sort un nouveau LP de très bonne facture qui s'inscrit dans la mouvence du hardcore old school avec une touche métal et surtout une production moderne. Ce qui donne bien entendu des titres pleins d'attaques et foutrement violent comme "Bumper To Bumper", le groovy "Veni Vedi Vici" et aussi "Tell Them" et son refain entêtant. Il est certains que les fans de la première heure s'y retrouverons facilement, tant leur style musical n'a pas trop changé et préfère camper sur des bases solides qu'ils alternent sur la plupart des titres. Quoi qu'il en soit, la mesure et bien rapide et les vocaux qui viennent se greffer sur les rythmiques plombés sont rentre dedans et par moment scandés. En attendant le prochain album, "Dies Iare" est à se mettre sous la dent.
 
REAL DEAL
Rotten Mood CD
[
Useless Pride Records ]
Efficace de bout en bout, la nouvelle livraison des français de Real Deal reste toujours dans la même lignée que son prédécesseur "The Lion", avec ici, une certaine propension à développer un hardcore / metal toujours plus virulent. Mais ce qui fait d'un album comme "Rotten Mood" un détonateur pour toute cette scène hardcore est le côté disons "mélodique" qui se dégage des refrains ( si si !! ) et de la rytmique, qui d'un titre à l'autre à sû se renouveler pour offrir plus de variété et d'entrain comme sur "Push Away". Chacun des titres à sa propre mélodie, l'empêchant de tourner en rond comme "Death Of Ethics" ou "We’ll All Fall" qui restent des chef d'oeuvres dans le genre, à passer en boucle. Mais c'est avant tout ce petit talent à mettre en évidence un bout de phrase, un refrain, une sonorité presque métal, un riffs gigantesque ou alors une rythmique puissante. Bref, on voit bien que les Real Deal ont de la maîtrise et surtout une envie de marcher sur les plantes-bandes d'un groupe comme Down To Nothing dernier crû !! Alors ceux qui aiment le hardcore dans toute sa splendeur, avec de très bonnes mélodies, un sens aïgue de la composition, de la compléxité et surtout un album direct, devrons se pencher sur "Rotten Mood", véritable entitée musicale à possèder.
 
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
IT IT ANITA
Agaaiin CD
[
A Tant Rêver du Roi Records ]
Personnellement, je ne connaissais pas cette formation Belge qui vient de sortir son nouvel album sur le label A Tant Rêver du Roi Records après le EP "Recorded By John Agnello" qui avait fait connaître le groupe au niveau européen. Et ma foi, leur façon de composer est efficace car ce "Agaaiin" est une véritable tuerie en matière d'indie aux réminescences noise. Le groupe nous sert indie-noise brut et efficace mais n'oublie pas les mélodies pour autant, avec de très belles modulations et des changements de riffs qui donnent une envergure architecturale à l'ensemble, le tout servit par une grosse saturation, des rythmes rapides mais toujours avec un sens aïgus de la technicité, une basse nerveuse et un chant tendu qui font de quelques titres comme "25 (From Floor To Ceiling)", "Jean-Marc (Jean-Marie)" ou encore le puissant "Turmp (Supernova)" des hymnes noise par excellence. Alors, quand on voit le travail de composition fait sur ce disque, on ne pourra pas passer à côté ! A découvrir de toute urgence.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
KIDS OF RAGE
Whatever May Come CD
[
Useless Pride Records ]
Avec ce nouvel album en date après le EP "The First Step", Kids Of Rage va asseoir son nom sur la scène international hardcore. Car "Whatever May Come" bénéficie d'un grand soutient de la part de leur maison de disques Useless Pride Records !!!. D'abord par le packing qui est présenté dans un fourreau et ensuite par le livret, qui ne ne sais pas pourquoi capte mon attention avec ce vautour !. Mais c'est aussi un excellent album de hardcore, avec tous les clichés qui en découle sur les puissants "Lone In Crowd" et "Even The Fall". Du coup, avec la production massive de ces 10 titres, on entre de plein fouet dans une section rythmique lourde "En Garde" et heavy "Shined" pour son esprit old-school, ce qui donne beaucoup de fraîcheur à l'ensemble. Mais la rapidité et la maîtrise technique sur chaque breaks "The Only One" un tube en puissance, donnent une impression malsaine de détruire tout sur leur passage, qui grâce à l'aide des vocaux, apportent ce petit côté mélodique à l'ensemble. Il n'y a pas 1 seul, mais 10 titres énergiques, dans la droite lignée de ce que des groupes comme Champion a pût apporter à la scène underground hardcore. Un superbe album à découvrir.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
GRAUSS BOUTIQUE
Grauss Boutique CD
[
A Tant Rêver du Roi Records ]
Si on peut dire que Grauss Boutique sort de nulle part ici en France, il faudra admettre que les Grauss Boutique sont doués pour concevoir des titres typiquement math-rock, mâtinées d'une savante couche de noise pour notre plus grand plaisir !!!.. Les titres de ce premier album sont très bien produits, mettant l'accent sur des riffs énergiques et de très belle mélodies sans tomber dans la simplicité. Disons qu'une certaine unfluence hardcore à la Pavement peut-être discriptible et s'entend sur des titres comme "Petit Jaune", le puissant "Déchire Ton Ciel" ou alors quelques titres plus basiques mais vraiment rentre-dedans "Echine Of Doom" et "Anthem" ou les choeurs se font braves et les refrains facilement mémorisables. Attention c'est direct et simple !!! Sans être des tubes en puissance, ce disque reste classique mais parfaitement calibré pour les fans math-rock... A découvrir.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
REAL DEAL
The Lion CD
[
Useless Pride Records ]
C'est sous une magnifique pochette que nous est présenté le nouvel opus des français de Real Deal qui ont réussit avec une maestria époustoufflante à écrire un excellent EP d'hardcore au sens large du thème !. Puisque les 6 pépites qui composent cet EP prennent leurs sources autant dans le hardcore traditionnel pour les vocaux, le thrash pour les riffs endiablés, que le death ou le métalcore pour la puissance et le côté "mur de son" !! Mais c'est cette énergie brute que l'on retrouve sur les titres phares "Only Master Of My Life", le puissant "Out Of My Way" ou bien "Fucking Live" qui est le titre qui représente le mieux la complexité de ce groupe à créer des rythmiques techniques, soutenues par des vocaux revendicatifs et "The Lion" portant fièrement l'étandard du hardcore basique avec cepandant un très bon riffs mélodique. On ne s'ennui jamais, découvrant à la fois une variante du genre et un album surproduit qui plaira beaucoup aux fans du genre. A possèder de toute urgence.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
NO METAL IN THIS BATTLE
Paprika CD
[
A Tant Rêver du Roi Records ]
Avec "Paprika", No Metal In This Battle met fin à une attente de 2 ans, depuis la sortie du EP "Ours" qui avait fait connaître le groupe et son math rock hypnotique dans nos contrées. Avec ce nouvel opus de 8 titres à la production calibré, No Metal In This Battle opère un changement en transformant leur son en post rock, mâtinée de sonorité math rock, offrant des titres puissants comme "Alaska Beach" considéré comme le single de cet album ! Mais c'est sans oublier "Assfro", le surprenant "Griffes du Tigre" et "Black Lips" qui pour moi se démarque de l'album par une approche plus aérienne. Les guiatres étant mis en avant, il donne à leur math rock une influence marqué punk avec "Paprika" et "Junior", mais s'avère techniquement et rythmiquement plus travaillé. Le math-rock de No Metal In This Battle réussit avec panache à nous scotcher sans problème. A découvrir.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
FAT ASS & ALEA JACTA EST
Split CD
[
Useless Pride Records ]
J'ai toujours été un fan des split CD qui permettent de découvrir deux formations pour le prix d'un CD !!! Et le bonheur est doublé quand on a dans la main une galette qui renferme deux groupes au potentiel énorme !. Que ce soit les Fat Ass ou les Alea Jacta Est, on voit bien qu'ils n'en sont pas à leurs débuts et nous proposent une musique techniquement parfaite et calibrée hardcore !!!. Le premier groupe, Fat Ass dont on retrouve quelques titres ultra lourd comme "No Prisoners, Slaughter'em All", "Past Is Lost Forever" et surtout "Burn This World" présente plusieurs influences beatdown efficaces pour se faire une idée globale de son potentiel de composition même si le groupe n'hésites pas à inclure dans ses rythmiques des passages plus métal. Pour la partie de Alea Jacta Est, on aborde une autre thématique, bien qu'appartenant à la même famille, car ce groupe n'hésite pas un seul instant à inclure des passages plus mélodiques sur une base vraiment lourde. Chose qui se fait rare de nous jours, car il faut être sacrément doué pour vasciller d'un genre à l'autre sans transformer le morceau en bouillie cacophonique pour le genre hardcore avec ces deux titres tout en puissance Change Yourself First" et "Patriota" ! Avec un tel split CD comme ouverture sur ces formations, on attend de pied ferme leurs prochains albums, qui s'ils sont dans la même veine risqueront de tout balayer sur leurs passage. A découvrir de toute urgence.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
MNEMOTECHNIC
Weapons CD
[
A Tant Rêver du Roi Records ]
Avec les 7 titres de "Weapons", on explore une nouvelle facette de Mnemotechnic qui avec son indie rock à tendance noisy arrive à composer des ambiances profondes et malsaines comme sur le premier titre qui démarre l'album : "Weapons" très agressif dans sa structure et qui représente à la perfection le son cherché du groupe avec des guitares lascinnantes. Viennent ensuite d'autres titres du même accabit, mais "How To Leave" et "Omens" se démarquent nettement avec une approche plus directe où les guitares puissantes viennent se greffer sur des vocaux sortis de nulle part. La production rugueuse dessine des passages froids ou glauques, comme si le groupe puissait son inspiration du mouvement batcave, mais reste sensible par une voix douce et prenante. Pour ce groupe qui c'était fait remarqué avec son précédent opus "Awards" sortit chez Vocation Records, "Weapons" dans son ensemble reste fantastiquement émotif et bourré de qualité rythmiques où les paroles prennent autant de place que la musique. Mnemotechnic à écrit un album qui devrait plaire à ceux qui aiment expérimenter de nouveaux styles musicaux, capables d'apprécier une mélodie, un riffs, un son ou une voix. Il est évident qu'avec de telles qualités [ et une pochette plus en adéquation avec la musique ], Mnemotechnic arrivera à s'ouvrir les portes des fans. A possèder de toute urgence.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
PARISIAN WALLS
The Eternal Hunter CD
[
Useless Pride Records ]
On aborde ce premier album sous de bonnes auspices, car nos metalcoreux de Parisian Walls ont vraiment peaufinés chacun des titres de ce "The Eternal Hunter". D'abord par une super production signée Chris Harris à qui l'on doit le son des Hatebreed !!. Mais c'est surtout dans les structures des morceaux et cette abnégation de vouloir insulfler à ses titres ce côté hardcore, qu'ils font éclater leur schèma de construction rythmique pour apporter plus de force et d'impact sur des titres comme "Europe Is A Museum" ou "My Determination". Il est clair que des titres comme "Pushover" ou "From The City Of Light" véritable pépite du disque et vidéo disponible sur Youtube se rapprochent nettement des valeurs engendrés par des groupes cultes comme Sick Of It All ou Agnostic Front, mais la comparaison est réductrice, car nos Parisian Walls arrivent à se démarquer par un sens ritulant de l'agressivité. Alors, entre simplicité et impact, Parisian Walls semble avoir trouver son chemin, maintenant c'est à nous tous de découvrir ce magnifique "The Eternel Hunter".
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
OSCULUM INFAME
The Axis Of Blood CD
[
Battlesk'rs Productions ]
Noir et oppressant sont les adjectifs pour qualifier la musique de Osculum Infame, groupe pratiquant un black métal misanthropique de première qualité et qui revient sur le devant de la scène après le magistral "Dor Nu Fauglith" sortit sur Mordgrimm Records en 1997. Tout en sachant que ce nouvel album est un concept élaboré autour du satanisme et pas toujours compréhensible par ces métaphores. Mais ce qui nous intéresse avant les textes, c'est la musique, car sous cette production plutôt underground se dégage un black violent, parfois mid-tempo et malsain, avec des ambiances froides et glauques qui parsèment ce disque en lui conférant une ambiance lourde comme le faisait autrefois un Burzum ou un Darkthrone pour le côté dérangeant. On se sent d'ailleurs très vite mal à l'aise dans cette propension de riffs gras et hypnotiques qui déchirent nos oreilles avec notamment les titres "Cognitive Perdition of the Insane" ou encore "Let There Be Darkness" qui représentent bien le style actuel d'Osculum Infame. Si je dois conseiller un album "noir", je vous propose ce "The Axis Of Blood" de toute urgence.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
THE GURU GURU
Pchew CD
[
A Tant Rêver du Roi Records ]
The Guru Guru est un groupe belge qui revendique une forte influence indie / noise digéré dans un rock fourre tout, qui par moment reste improbable sur les 10 titres aux allures progressives qui envoi le groupe dans le giron du math-rock ! Bien plus convaincant que leur premier EP partagé avec Brutus, The Guru Guru dévoile un album 10 titres plus mâture, dont la cohérence stylistique s'oriente désormais vers un math-rock cérébral, avec des mélodies âpres qui ont pris le dessus avec les pépites "We Had Been Drinkin' Bad Stuff", un titre tout en riff qui en dit long sur leur talent de composition "Up The Wall" ou "Back Door" efficace et rentre-dedans et le "Singultus" qui est un ovni dans ce disque et pour moi certainement le meilleur titre. Elément indissociable du son The Guru Guru, on retrouve sur "Pchew", des influences rock (de tout horizons) pour la souplesse des guitares, le côté brute de la batterie tout comme les vocaux. Ce gros mélange entre rock et noise donne indéniablement à "Pchew" un charme kitch, qui nous dévoile un disque tangiblement ouvert à tous ceux qui aiment les disques exigeants et pointus. Et indéniablement, celui-ci en fait partit !.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
DISINTER
Enslaving The Dead CD
[
Konklav Records ]
Efficace de bout en bout, la nouvelle livraison des américains de Disinter via Konklav Records qui a toujours suivit de près ce groupe, reste toujours dans la même lignée avec une certaine propension à développer un death métal toujours plus virulent d'un titre à l'autre. Et cela avec presque avec 20 ans d'écart !!!!! Mais ce qui fait d'une compilation comme "Enslaving The Dead" un détonateur pour toute cette scène death est le côté disons "old school" qui se dégage avec des titres comme "Poisoning The Lands", le technique "A Hunters Moon", "Field Of Screams" qui montre le potentiel du groupe pour construire des rythmiques alambiquées, "Born To Darkness" ou bien "Welcome To Oblivion" tous issus des albums Welcome To Oblivion sorti en 2000, Demonic Portraiture en 2001, As We Burn en 2004 sortis chez Morbid Records et deux autres plus confidentiel. Chacun des titres à sa propre mélodie, empêchant cette compilation de tourner en rond comme sur ces deux titres : "The Place Of Bones" et "Black Seas Of Infinity" qui sont des chef d'oeuvres dans le genre, à passer en boucle. Mais c'est avant tout ce petit talent à mettre en evidence un bout de phrase, un refrain, une sonorité presque indus, un riff gigantesque ou alors une rythmique diabolique. Bref, on voit bien que Disinter a la maîtrise et surtout une envie de marcher sur les plantes-bandes d'un groupe comme Centinex dernier crût !! Alors ceux qui aiment le death mét al pure dans toute sa splendeur, avec de très bonnes mélodies, un sens aïgue de la composition, de la compléxité et surtout des titres directs, devrons se pencher sur "Enslaving The Dead", véritable entrée musicale dans l'univers de ce groupe qui se construit petit à petit son côté culte !.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
GET THE SHOT
No Peace In Hell CD
[
Useless Pride Records ]
Je ne sais pas ce qui se passe dans la scène hardcore québecquoise, mais il semblerait qu'une nouvelle étape soit franchit, puisque de nombreuses formations arrivent maintenant à s'imposer avec des albums de bonnes facture et en apportant dans leurs valises un "petit" quelque chose qui les démarque du style Européen. Ici, pour le nouvel album des québecquois de Get The Shot on reste toujours planté dans le giron du hardcore, mais le groupe à voulu pousser l'expérimentation en incluant beaucoup de parties métal qui donnent au structures rythmiques un côté chaotique sur les titres "Rotting Idols", le puissant "Lynch The Lord" et enfin "Cold Hearted" qui est certainement le titre emblématique du disque. Mais les mélodies scandés sont bien là pour nous ramener aux rivages du hardcore punk ( si si !!). Cette déconcertation nous permet d'écouter un album unique qui transpire le travail, celui donné par des compositeurs talentueux, qui n'hésitent pas une seconde à se remettre en question pour offrir des compositions variées et complexes comme "Prime Evils". On appréciera également la férocité de la pochette qui illustre absolument le travail de ce groupe. A découvrir.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
AERA
Of Forsworn Vows CD
[
ATMF Records ]
Démarré comme un side-project avec des musiciens éloignés pour composer, ce EP est sortit d'abord au format cassette pour être édité ensuite en CD par ATMF Records. On aborde cet excerciece comme une démonstration de ce groupe qui arrive en puissance, avec seulement trois titres pour 20 minutes de déluge sonore qui rappele parfois Carpathian Forest pour les ambiances majestueuses des titres "An Affirmation of Forsworn Vows", puissant, asez hypnotique dans les riffs avec des ambiances épiques, tot en restant une création typiquement black métal nordique. On retrouve, selon moi, le meilleur titre de ce EP avec "Litany of Iron I: Ancient Graves of the Fallen" qui pourrait évoquer un bataille, tellement la haine dans les riffs se fait entendre et les vocaux venant se poser comme des cris de guerriers. On n'en réchappe pas, tout en s'enfonçant dans ce déluge mélancholique me ramène au début des années 90's, quand ce type d'EP était à la mode pour se faire connaître. Le cap du EP passé avec succès, on espère que leur label sortira dans l'avenir un album complet pour se faire une véritable idée du potentiel du groupe, qui de toute évidence ne manque pas d'idée, ni de talent. A découvrir.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CORPUS DIAVOLI
Atra Lumen CD
[
ATMF Records ]
Je me souviens encore de leur album "Entheogenesis" qui avec les quelques petits défauts m'avait bien plus par la noirceur black métal qu'il dégageait ! Sachant que ce groupe est français et qu'il vient du sud... Avec "Atra Lumen", le groupe enfonce le clou avec un black métal occulte encore plus accrocheur quand on entend les différentes ambiances sur des titres comme "The Ardent Jewel of His Presence" qui est sûrement le titre emblématique de leur création musicale, alliant black métal nordique et des ambiances plus noires qu'occultes. On retrouve ensite des titres fantastiques comme "Signs Of End Times", "Wine of The Beast" qui dégagent assez de puissance pour s'y plonger corps et âmes. Tout comme "Thy Glorification" qui mérite qu'on s'y attarde pour la qualité de la rythmique qui emprunte au trash quelques idées. Bien sûr, on est loin des ténors du genre, car cet album à quelques faibelsses aussi de répétitions qui sont vite gommé par le côté amplement occulte de la chose. Pour accrocher à ce disque il faudra bien evidemment aimer le black / death le plus dévastateur et les ambiances mysanthropiques, avec une écriture complexe. Tous les éléments d'un bon album de black sont réunis ici pour passer un moment de noirceur totale.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
THE LOOM OF TIME
NihilReich CD
[
ATMF Records ]
Groupe que je ne connaissais absolument pas, The Loom of Time est une véritable révélation tant ce groupe possède l'art de mélanger avec efficacité les genres ! On est bien dans un groupe typiquement black métal, mais qui propose une approche stylistique plus poussé avec des morceaux comme "The Pinnacle of Hypocrisy" qui alient dans une structure black des passages plus trash avec cette touche doom qui permet d'entrer dans ce morceaux comme on entre dans un conte épique. Mais loin de se limiter à ces genres là, The Loom of Time est plus créatif en apportant d'autres sources d'inspirations sur les titres "The Greed of Lesser Men" ou "The Peons of the Cosmos", heavy en apparence, très proche de la brutalité d'un Marduk, mais aussi complexe dans les structures rythmiques puissantes et de belles mélodies pour voyager dans cet interlude fascinant où la violence des riffs s'allie à la fragilité des ambiances. ce qui est remarquable est que le groupe prend le temps de développer en profondeur chaque titre, qui paraissent long (entre 5 et 6 minutes) mais qui au final sont là pour nous connecter avec l'univers de ce groupe singulier.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
PUS
Pus CD
[
Universal Tongue ]
Les surprises viennent souvent des petits labels qui arrivent encore à trouver des groupes au stade démos et qui ont tout à prouver musicalement. Et on peut dire qu'avec Pus, la découverte soit plutôt bonne car leur sludge / crust est efficace, même si la production n'est pas à la hauteur des titres. Disons simplement que le son va à merveille avec le style pratiqué et offre sans concession une variante plus sombre. Il faut dire que les vocaux alternent avec une ambiance parfois black sur certains passages qui sont lent et d'une profondeur incroyable, paralysant le fan que nous sommes. Bien sûr, Pus se démarque avec aucun compromis, que ce soit des solos et des mélodies absentes pour renforcer le côté chaotique des titres. De ce côté là les britaniques de Pus ont réussis là où d'autres échouent !.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LUCIFER'S CHILD
The Wiccan CD
[
Dark Essence ]
Ce groupe qui émerge aujourd'hui avec "The Wiccan" et ses 8 titres de dark métal, est conjoitement crée par George Emmanuel (Rotting Christ) et Sthatis Radis (Nightfall) qui ne sont pas des nouveaux venus et proposent un album d'une grande mâturité musicale et surtout pourvu de titres d'excellente facture. S'il y a bien cette touche dark, le groupe sait déjà faire évoluer sa musique vers d'autres spectre musicaux avec une touche à la fois black, gothic, heavy et quelques passage typiquement death metal pour donner un ton résolument compact aux titres. On commence d'ailleurs avec "Hors de Combat" qui annonce la couleur au niveau des ambiances du disque et surtout de la production collossale. On entre du coup plus facilement dans l'univers torturé de Lucifer's Child pour poursuivre avec les meilleurs titres du disque que sont "He, Who Punishes And Slays" et "King Ov Hell" qui pour moi restent les titres les plus aboutis du groupe avec des vocaux mélodiques et des riffs directement inspirés du heavy métal pour plus de puissance. et enfin "The Wiccan" pour terminer sur une bonne impression dark où le style du groupe regorge de bonnes idées pour donner à ce titre plus de variété... et on retrouve tout ça sur l'ensemble des autres morceaux. Il est évident que ce groupe va diviser entre ceux qui ne trouverons pas l'esprit black / dark original, mais il est évident que ceux qui apprécient le style grecque comme Holy Records avait sût nous le proposer il y a quelques années, trouverons dans ce "The Wiccan" une belle découverte à ranger aux côtés de groupes comme Varathron ou Rotting Christ.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
3RD ATTEMPT
Born In Thorns CD
[
Dark Essence ]
Tchort et Blood Pervertor les musiciens cultes du groupe Carpathian Forest sont de retour avec une nouvelle formation appelée 3rd Attempt et nous assène tranquillement un thrash / black de grande qualité ! Que ce soit au niveau de la production ou du travail de composition sur des titres comme "Dark Vision" véritable titre noble de thrash / black métal aux antipodes de ce qui se fait maintenant, puisque le groupe revient aux sources avec des guitares furieuses, légèrement brouillonnes, une batterie démentielle et surtout des vocaux possèdés tout comme sur "Art of Domination" qui selon mon avis est le titre le plus représentatif de l'album au niveau de la structure des guitares et des mélodies. On retrouve également "Born in Thorns" qui donne son nom au disque et possède un petit côté rock'n roll qui donne la possibilité au disque de varier et de proposer tout l'étendu technique des guitaristes. Ensuite on glisse sur le puissant "Sons of the Winter" qui en dernier testament finit par nous faire saigner les oreilles tant le côté malsain de 3rd Attempt y est présent. Rare sont les groupes à proposer de telles ambiances pour un premier album.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
ORKAN
Livlaus CD
[
Dark Essence ]
Ce mois-ci Dark Essence Records casse la baraque avec ses nouvelles signatures et nous dévoile Orkan et son black métal furieux, qui s'il s'inspire de la vague thrash / black à la Aura Noire possède cependant une once de modernité, que ce soit dans la production puissante et claire de ces 7 titres que du choix de l'illstration de "Livlaus" qui ferait plus penser à du modern death et pas du black. Quoi qu'il en soit, il suffit d'écouter "Fanden Pa Veggen" ou encore le mémorable "Livlaus del 1 : Evig" pour se convaincre du potentiel du groupe rouleau compreseur, qui possède un solide côté technique, dont il nous font profiter sur "Skodde" le titre qui termine le disque avec cette touche progressive sur les guitares ou bien encore "Uforgjengeleg" et ses rythmiques thrash pour plus d'impact. Jamais un titre ne souffre de baisse de tension et parvient même (l'ensemble des 7 titres) de nous surprendre par le choix des rythmiques mélodiques et des vocaux puissants de Einar Fjelldalqui offre à ce black métal puissant un nouveau visage et un son unique. A découvrir.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
TYRANT
Too Late To Pray CD
[
Blood And Iron ]
Avec le label Iron and Blood Records, c'est un retour en arrière que nous propose ce "Too Late To Pray" qui fait suite au premier album et voit déjà dans le jeu des guitares une progression naturelle plus mélodique avec "Too Late To Pray" et "Valley of Death" titre puissant avec une intro très heavy metal mais fortement influencé par le doom pour les ambiances profondes, on se jettera également sur "Babylon" qui par bien des aspects rythmiques me fait penser à du Black Sabbath en accord avec le style qui se pratiquer alors dans les années 1987 !... D'ailleurs tout l'album est d'une ingéniosité mélodique, car sur la plupart des titres, chaque musicien apporte quelque chose au titre: de belles rythmiques, des solos imparables "Bells Of Hadès" et les mélodies vocales puissantes de Glen May au meilleur de son art. A noter que cette édition inclue un livret de 24 pages, agrémenté de photos et documents rares d'archives personnelles, ainsi que d'une biographie complète écrite par Greg May ( le bassiste !! ) lui-même et bien sûr des titres bonus issus de leur démo "Battle Of Armageddon" enregistrée en 1983.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
TYRANT
Legions Of The Dead CD
[
Blood And Iron ]
Disque quasiment introuvable et pourtant culte, Blood And Iron Records avec Greg May, fondateur du groupe, sortent aujourd'hui une édition anniversaire pour les 30 ans de "Legion Of The Dead" et prouve qu'un disque aussi vieux soit-il, peut encore surprendre dès lors qu'on le replace dans son contexte et son époque. Celle d'un temps où les musiciens créaient tous ce qui allait devenir le heavy métal, posant les bases d'un heavy power puissant, regorgeant de titres cultes comme "Warriors of Metal" qui déjà à l'époque était un tube et démontre que ce groupe a influencé ce qui se fait de mieux dans le genre aujourd'hui !!!, "The Battle Of Armageddon" et ses riffs endiablés "Tyrant's Revelation" un instrumental qui permet de souffler et d'apprécier la techniques des musiciens, "Knight Of Darkness" a écouté pour son refrain épique et enfin "Time Is Running Low" qui regorge déjà de rythmiques tranchantes et d'un refrain puissant à défaut d'être mélodique... Et tout le disque, dans sa façon d'être composer et bâtit sur des riffs dynamiques, des solos violents et surtout des lignes vocales criardes et mélodques. Afin de fêter cet album, l'album a été complètement remasterisé, ce qui permet de mieux apprécier les différentes pistes, un livret de 24 pages conséquent qui revient sur la carrière du groupe écrit et documenté par Greg May et en bous leur première démo de 7 titres enregistré en 1982 avec des titres comme "Knight Of Darkness" dans sa version basique par rapport à sa présence dans l'album plus haut, "Through The Night" ou encore "Heavy Steel"... etc... Si vous êtes à la recherche d'albums classiques qui ont écrit la légende du métal US, je ne saurais que vous conseiller cett réédition qui vous permettra d'entrer dans un univers musical insoupçonné ! A découvrir au plus vite.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
SACRED STEEL
The Anthology 84 - 94 CD
[
Blood And Iron ]
C'est en véritable archiviste du metal classic US que le label portugais Blood And Iron Records sort cette anthology du groupe Sacred Steel à ne pas confondre avec son homonyme allemand signé sur Massacre Records. Disons que ce groupe américain n'a jamais été signé et n'a jamais sortit d'albums ! Ici on retrouve tout au long des 13 titres l'ensemble de leur production resté à l'état de démo avec des titres intéressants: 'Breakin You Down', 'Tears Of Blood' ou encore 'Runnin From The Night' coupé en plein milieu avec 2 secondes de perte puisque le label n'a pas réussit à trouver une source sonore acceptable et d'une poignée de titres enregistrés en Live au Tino's Nightclub datant de 1984 plutôt intéressants : "The Lord Of The Night" ou les reprises "Heaven And Hell" de Black Sabbath et "Helter Skelter" des Beatles en Live et plutôt réussies... En fin de disque on retrouve 4 titres du EP de leur groupe Vampire qui est restait lui aussi dans l'ombre... Musicalement, autant les autres groupes présentés dernièrement avaient du potentiel, autant la faible qualité sonore des morceaux ne sert pas à établir ce groupe pour en apprécier toute l'essence musicle. C'est du power métal classique, avec de bons riffs, des vocaux assez basiques et mélodiques mais rien de transcendant.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LEATHER SYNN
Leather Synn CD
[
Blood And Iron ]
Tout comme Dawnrider, c'est la version CD promo que le label m'a fournit pour apprécier avant tout ce EP 4 titres au format 12 LP afin de découvrir le speed métal des portugais de Leather Synn qui commencent sérieusement à imposer un nom sur la scène internationale et surtout un style puissant et direct commencé avec ces 4 titres dont "Committed To Metal" leur hymne guerrier en mid-tempo, balancé par une bonne rythmique et de bons vocaux qu'on retrouve aussi sur "Time To Fight" et les deux autres titres. Presque dommage d'en avoir trop peu vu la qualité de le heavy metal, Leather Synn applique méticuleusement les recettes du genre pour écrire une page dans l'histoire du heavy métal portugais ! Un vrai régal à découvrir d'abord en vinyl puis sur leur premier album "Honour And Freedom" !!!.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CARDIAC NOOSE
Girl Named Misery CD
[
Blood And Iron ]
Toujours aussi pointu dans la recherche de groupes capables d'apporter quelque chose de nouveau à écouter, c'est au tour de Cardiac Noose et les 12 titres de "Girl Named Misery" d'imposer son rock heavy qui prend source dans les années 70's avec un soin tout particulier dans les solos fuzzy et ses lignes mélodiques sur des titres puissants comme "The Road To Megiddo" titre qui à lui seul montre l'étendu de leur talent... Et une poignée de hits comme "Get Back Home" et son refrain mémorable, s'ensuit les deux titres "Lonely Man" et "Thrill of it All" qui ont une construction similaire avec un rock / hard mid tempo, ultra mélodique et de bonnes variations rythmiques, soutenus par des solos inspirés et qui suivent la ligne vocale des refrains. Pas mal de bons titres techniquement irréprochables, même avec un son qui manque de pêche. Une belle découverte.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LOST BREED
Bow Down CD
[
Blood And Iron ]
"The Evil In You And Me" et "Save Yourself" sont les albums cultes de ce groupe qui avait sortit vers la fin des années 90's ces deux remarquables disques et qui avait totalement disparu de la circulation depuis ! C'est donc par le biais de Blood & Iron Records que sort cette compilation réunissant une bonne partie de titres inédits ! Ce qui n'est pas pour nous déplaire car ces 17 titres sont très bien écrits et ne subissent pas aujourd'hui les âffres du temps ! On retrouve ce doom à tendance heavy proche d'un Cardiac Noose, puisque certains membres en sont des transfuges et apprtent pour chacun des titres une subtilité mélodique sur des titres comme "Clint" qui représente toute la puissance du groupe et sa science à écrire des titres techniquement irréprochables, d'autres titres dans une veine plus doom traditionel à la Saint Vitus enveloppent le disque entrecoupé de pépites tels "Lock Up Your Daughters" et "Shot Glass Eyes" qui restent à mon goût différents des autres titres par leurs guitares plus rock'n roll et enfin "Your Music" et "Candy Store" qui sont un peu plus lent rythmiquement mais tout ausi efficace. Il y a de la varité, une envie de renouveler le genre qui aujourd'hui s'éssouffle par manque de créativité des jeunes groupes au vu de ces vieux titres qui n'ont pas pris une ride !.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
DESOLATION ANGELS
Sweeter The Meat CD
[
Blood And Iron ]
Même si je chronique cet album dans la page CD, il 'agit bien d'un EP CD produit par le groupe qui sert de promo pour les médias uniquement. Mais la véritable version est un splendide LP au format vinyl que le label Blood & Iron Records a édité sous la forme d'un 5 titres plus un morceau instrumental "Enchanted Dreams" en bonus. Avec cet album, s'est le meilleur moyen d'entrer dans tous ce revival heavy metal inspiré des années 80's qui gagne actuellement tous les groupes, la sincérité en plus pour Desolation Angels quand on écoute des titres comme "Metal Man" qui reste à mes oreilles comme le meilleur titre de l'album, car le groupe y développe de bons riffs et une mélodie qui reste longtemps en tête. Vient ensuite le très power "Set Your Spirit Free" plus technique dans son approche rythmique mais qui reste heavy par son apport de solos sans fin. Les autres titres sont du même registre et offrent une musique intègre. Je reste même surpris de voir que ce groupe ne soit pas plus connus que cela au vu de leur technique et de la qualité des titres.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
VALIUM
Pesado Real Anthology 1985 - 1988 CD
[
Blood And Iron ]
Avec la réédition de tous ces titres dans une compilation, le but n'est pas nécessairement de trouver un groupe à découvrir mais de mettre à disposition un trésor sonore que très peu de gens connaissent, puisque ce goupe a officié dans l'underground portugais, ne réalisant jamais d'albums, mais seulement quelques démos, beaucoup de concerts dans les années 80 et surtout des titres taillés dans le heavy métal pure jus ! Celui qui sent bon les riffs puissants, les solos coupe-gorge et les rythmiques qui martèlent des refrains engagés ! Car loin de la mode mélodique actuelle, Valium était plutôt inspiré par Iron Maiden de l'époque, où les textes engagés provoqué l'hystérie des fans. Il y avait derrière ce groupe monté par trois frères une sincérité que l'on peut retrouver dans la construction des titres. Un peu de mélodie, des textes en portugais, une attitude rebelle et du respect pour cette musique. A noter, que le label a inclu un gros livret retrançant la carrière du groupe avec une biographie complète et surtout des documents rares et inédits issus d'archives personnelles pour illustrer ce livret façon livre. Un très grand moment à découvrir pour replonger 30 ans en arrière.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
DAWNRIDER
The Third Crusade CD
[
Blood And Iron ]
Même si c'est la version CD que je chronique ici, je vous invite à découvrir Dawrider à travers la version vinyl beaucoup plus proche esthétiquement pour son amplitude à créer une music évanescente que le CD ! On aborde donc ce disqe avec beaucoup de curiosité, car ce groupe portugais, qui en est à son 3ème album s'est déjà taillé une grosse réputation sur la scéne doom / heavy assez rapidement. Mais pour cela, il a su composer des titres sans failles : "Demons" et sa rytmique qui rentre dans la tête, "Cry Of The Vampyre" qui est plus sombre dans son approche et qui par son travail rythmique très doom me fait penser à du Candlemass pour se faire une idée. Tout l'album s'articule ainsi, avec de belles intros, des riffs puissants et hypnotiques, une voix parfaite pour ce genre musical marginal et surtout des mélodies épiques comme "Iron Freebird" et "Absolute Power" morceau le plus heavy du disque. Il y a dans la composition de ces 7 titres beaucoup de variété et d'idées qui donne à "The Third Crusade" une couleur toute particulière: celle d'un disque où chaque morceau nous surprend et ne nous ennuie jamais. On peut presque parler de disque culte dans le registre du doom heavy.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CODE
Mut CD
[
Agonia ]
Un temps spécialiste du black métal underground avec certainement les meilleurs représentants du genre, le label Agonia commence à s’ouvrir à d’autres genres et démontre avec Code son envie d’explorer toutes les facettes du métal. Ici, on parlera de rock métal progressive mais toujours avec cette touche très sombre, qui fait résonner « Mut » comme un album expérimental où les riffs de guitares dark s’appuient sur de belles mélodies pour écrire des titres aussi somptueux que « Undertone », « Affliction » et ses mélodies aériennes appuyées par des riffs puissants et hypnotiques, « Inland Sea » petit moment de bonheur qui représente à mes yeux tout l’art de Code dans la construction de structures musicales complexes et raffinées pour qui aiment les morceaux progressifs. Au final, ces 9 titres nous embarquent dans un voyage sombre, mais toujours délicat, fait de belles mélodies, de riffs intelligents et parsemé de cette aura sombre et spirituelle.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
DECLINE OF THE I
Rebellion CD
[
Agonia ]
Projet solo de A.K, membre du groupe Merrimack ou Vorkreist, Decline Of The I revient avec un nouvel album de post-black métal avec toujours cette petite touche industriel et ultra froide qui donne cette ambiance malsaine aux 7 titres que composent « Rebellion », issu d’un concept qui se décline en 3 albums. Bien sûr, sur l’ensemble des titres, certains se démarque du lot comme « Lower Degree Of God’s Might » ou « Le Rouge, le Vide et le Tordu » et ses guitares lourdes et pesantes qui donnent toute l’ambiance à ce disque et prouvent que des mélodies bien maîtrisées, des vocaux bien placés ( et je ne parle même pas de la qualité des textes de Decline Of The I qui s’éloigne considérablement des clichés sataniques de ses confrères ) arrivent à élever l’Art Black à un haut niveau qui place aujourd’hui une poignée de groupes français sur le haut podium international. On apprécie cette alliance de parties empruntés autant au black, parfois au gothique (l’excellent « Hexenface »), tantôt au death sur les parties lourdes, mais aussi au doom sur certains passages comme au dark. Un mélange savant sur l’ensemble des titres qui offrent une vision hypnotique (la musique faites de piano, de synthés et d’ambiance symphoniques) et malsaine avec des textes parlé en français. Agonia Productions ne s’est pas trompé en produisant et en faisant confiance à ce groupe exceptionnel qui prouve que tout n’est pas exploré dans le black métal et que des disques aussi underground que ce « Rebellion » peuvent encore nous surprendre.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
VARATHRON
Untrodden Corridors of Hades CD
[
Agonia ]
Varathron est typiquement le genre de groupe que j’aime suivre, car avec une carrière de plus de 20 ans est très peu d’albums, il arrive encore à évoluer, à proposer des titres et des ambiances dans leur black death avec un premier titre comme « Kabalistic Invocation of Solomon » qui représentent avec « Realm of Obscure » l’essence même de leur art de composer des titres mid-tempo, avec de belles ambiances obscures et des vocaux mélodiques qui n’agressent pas et apportent suffisamment de nuances pour diversifier ces 7 titres pour 50 minutes de plongée abyssale dans le satanisme et toutes ses formes d’art occultes. Au final, même si les titres sont long, assez techniques pour ne pas se ressembler et dont les chœurs majestueux apportent cette différence par rapport à la concurrence de plus en plus acharnée, « Untrodden Corridors of Hades » reste l’un de leur meilleur disque. A découvrir sans plus attendre.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CENTINEX
Redeeming Filth CD
[
Agonia ]
Après des années de silence, craignant le pire pour ce groupe culte qui avait alors su se révéler grâce au superbe « Hellbrigade », nos suédois reviennent par l’intermédiaire d’Agonia Records pour un album qui aura la lourde tâche de les remettre sur le devant de la scène. Si la moitié du lin-up original est de retour à la composition de ces titres, il est bien évident qu’à part la sublime production rentre-dedans, le groupe n’a pas su injecter dans ces 10 titres le côté technique et mélodique qu’on attendait d’eux. Seuls les titres "When Bodies Are Deformed », le puissant « Moist Purple Skin » et le mid-tempo « Death Glance » présentés comme teaser arrivent à nous donner envie d’écouter le reste. C’est là que ça blesse, puisqu’au fur et à mesure de son écoute, l’inspiration semble s’évanouir avec des morceaux basiques, sans mélodies, plus rentre dedans mais commun à ce qui se fait aujourd’hui en death métal. Seuls les fans trouverons dans ce disque un retour réussit, qui on l’espère verra d’autres albums plus inspirés.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
TAAKE
Stridens Hus CD
[
Dark Essence ]
On a encore en mémoire l’excellent « Noregs Vaapen » sortit en 2011 qui redéfinissait toute l’essence même du black métal norvégien avec des ambiances froides et des compos travaillées dans les moindres détails. Avec « Stridens Hus » son frontman développe encore son style caractéristique à travers des compositions cette fois-ci plus directes où les guitares sur des titres comme « Det Fins en Prins » et « Stank » sont tranchantes et renouent avec les racines du genre, celle du black métal primitif, certes bien produit, techniquement irréprochables mais qui tranchent avec l’évolution logique du groupe. Comme si Hoest (son principal compositeur) avait décidé d’écrire un disque bourré d’émotions haineuses, pour le Live et pour les fans. Peut-être histoire de faire table rase, de casser la routine et de voir combien il est difficile de reprendre les bases pour mieux repartir. Dans tous les cas « Stridens Hus » surprendra plus d’un fans et inscrira le groupe comme des travailleurs du riffs et des ambiances.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
THE WAY I AM
Apocalypse ? No Way ! CD
[
Klonosphere ]
« Apocalypse ? No Way ! » est un album de plusieurs écoutes, afin de bien comprendre les structures rythmiques sur des titres tels que « Run Faster » ou « Underground Memories » qui devraient vous permettre d’apprécier leur style hybride qui allie autant le métal pour la puissance que la pop pour les mélodies et le chant. Comme sur « Shine Bright » petite pépite du disque qui dévoile toute la qualité de composition du groupe et surtout qui possède une production parfaite, où chaque instruments se marrie bien aux mélodies. D’ailleurs, le côté hi-tech de la production, ses différentes modulations, les effets-spéciaux et cette recherche permanente de l’arrangement parfait font de ces 6 titres une nouvelle façon d’apprécier le métal. D’habitude, pour les débuts d’un groupe, les compos ont tendance à se ressembler, mais The Way I Am à réussit à offrir à chaque titres une propre identité rythmique, une mélodie personnelle qui nous donne vraiment envie de découvrir les titres les uns après les autres. Maintenant, au vu de ce premier Ep, on attendra un album complet pour confirmer l’avenir très prometteur de ce groupe qui renouvelle le genre.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
BLOODY HAMMERS
Under Satan's Sun CD
[
Napalm ]
Toujours à l'affût de nouvelles formations et avec ces derniers temps un léger penchant pour le heavy doom, le label Napalm Records semble vouloir proposer aux fans un large choix en matière de groupes prometteurs: Conan, Pet The Preacher, Gigan, Glowsun, Lonely Kamel, Mamoth Mamoth et maintenant Bloody Hammers... Et là, ce qui n'ont pas un goût pour le genre heavy doom aura peut-être du mal à rentrer dans les 10 titres de ce troisième album, par contre les autres découvrirons un groupe prometteur, capable de créer des riffs mémorables, des mélodies puissantes qui donnent un petit côté spatial à des titres comme "The Town That Dreaded Sundown" et sa rythmique ultra lourde, "Spearfinger" et sa mélodie envoûtante qui est plutôt surprenante pour ce genre de formation et "Dead Man's Shadow On The Wall" qui laisse exprimer le chant d'Anders Manga et sa voix caverneuse, alors que plus heavy aurait amené un autre cachet au titre. Si on est proche d'un Black Sabbath dans la construction rythmique, Bloody Hammers à cette particularité de maîtriser les mélodies et peut ainsi se démarquer de tous ces groupes qui ne jouent que sur la noirceur. Album résolument fascinant, Bloody hammers ne demande que vos oreilles pour se développer.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
DUST BOLT
Awake The Riot CD
[
Napalm ]
Ce qu'il y a de bien avec "Awake The Riot", c'est que de suite on sait où on met les pieds. Pochette typiquement trash et production plutôt gonflée pour des morceaux qui empruntent facilement aux sonorités américaines, avec une idée précise de comment doit sonner un bon titre. Pour preuve les titres "Soul Erazor" et "Beneath The Earth" et ses riffs endiablés, une batterie rapide qui permet de soutenir la cadence avec bien sûre des vocaux superbes qui offrent à la façon d'un instrument, toute la puissance à l'ensemble des titres. Bien sûre, on peut dire que les influences sont bien présentes avec du Slayer pour la rapidité, Testament pour le côté violent et pourquoi pas Kreator pour ce côté mature et technique. Pas une seule seconde on s'ennui à l'écoute de ces titres, tout en espérant que le groupe continu dans cette voie. Si vous aimez Lost Society, sachez que Dust Bolt possède toutes les qualités pour vous surprendre et vous rapprocher aujourd'hui des nouveaux groupes de trash, auquel Dust Bolt compte bien devenir un leader.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
GRAVE DIGGER
Return Of The Reaper CD
[
Napalm ]
Groupe mythique de la scène power métal allemande et aussi vieux que celle-ci, Grave Digger est de retour avec un nouvel album qui disons-le tout de suite reviens aux sources avec un son certes moderne, mais une écriture basée sur des riffs mémorables avec en ouverture le titre "Return Of The Reaper" une intro qui nous met dans l'ambiance... Mais la petite nouveauté de ce disque, sinon le style reconnaissable est la diversité dans l'écriture des morceaux, parfois moins fouillés et plus directes avec pas mal de solos et des envolées lyriques sur les mélodies de "Tattooed Rider" ou encore le superbe mid-tempo "Season Of The Witch" qui pour moi représente le mieux l'évolution du groupe avec des riffs mis en avant et un refrain qui tue pour marqué son emprunte heavy avec la ballade finale "Nothing To Believe" tout en douceur et mélodie. Bien sûr, même si ce groupe est plutôt ancien, Grave Digger sait donner dans la puissance sur une poignée de titres qui sont là pour donner du relief au disque comme "Resurrection Day" et "Satan's Host"... Je reste étonné de voir la variété de l'instrumentation, avec de bons riffs guiatres, des solos puissants, des breaks et même du piano... Riche et varié Grave Digger prouve qu'il peut se renouveler et offrir à ses fans de très bons albums... Celui-ci en fait parti.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
VINTERSORG
Naturbal CD
[
Napalm ]
Avec deux ans d'attente depuis "Orkan" et à travers son vaste spectre musical si diversifié d'un titre à l'autre, Vintersorg revient avec "Naturbal" album beaucoup plus mature techniquement, plus violent dans sa construction rythmique et mélodique dans les refrains avec quelques pépites comme "En Blixt Från Klar Himmel", le splendide et épique "Rymdens Brinnande Oar" ainsi que le single "Lågornas Rov" qui d'ailleurs possède un vidéo-clip disponible déjà sur Youtube ! Vintersorg prouve qu'il sait évoluer avec des arrangements mélodiques en alternant des vocaux hurlés avec des chants plus claires pour contrastés et proposer des compositions techniquement irréprochables. Il y a un feeling plus massif sur l’ensemble des neuf titres qui offrent une musique magnifique de sensations qui mêle à la fois puissance, agressivité et mélodies. Une pièce maîtresse dans l’univers de Vintersorg.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
XANDRIA
Sacrificium CD
[
Napalm ]
Si vous êtes avides de métal symphonique alors ce « Sacrificium » de Xandria devrait logiquement attirer vos oreilles et vous faire découvrir un très bon album qui distille tout au fil de ses 12 titres, des mélodies sublimes alternées de passages purement symphonique, de métal moderne et d’un soupçon gothique pour la mélancolie qui se dégage de l’ensemble de « Scarificium ». Portez une écoute prioritaire à ces titres « Nightfall » le premier single du disque ou « Dreamkeeper » et vous vous apercevrez rapidement que ce groupe peut séduire un public large voué à la cause du métal mélodique féminin, proche d’un Nightwish et de Within Temptation. La pochette et la production énorme saura également vous convaincre tant par son visuel que son contenu.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
ARKONA
Yav CD
[
Napalm ]
Ce groupe donne dans un folk pagan métal et je suis sûr qu’avec le temps, il va évoluer et gagner en maturité, aidé pour cela par Napalm Records, si on en juge par les derniers albums qui ont tendance à faire un peu commercial sur certains passages : mélodies accrocheuses “Na Strazhe Novyh” ou “Gorod Snov” et production énorme, sans que cela ne soit péjoratif bien entendu ! Car on retrouve nien l’essence même du groupe avec des passages typiquement black métal, mais aussi pagan avec de belles mélodies, des instruments atypiques comme la flûte pour arriver à créer des structures dynamiques et surtout différentes d’un titre à l’autre. Il faudra plusieurs écoutes pour apprivoiser ce disque intéressant. Mention spéciale à la magnifique illustration de la pochette.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
DORNENREICH
Freiheit CD
[
Prophecy ]
Avec « Freiheit » on pourrait presque parler de l’album de la maturité, tant ces 8 titres surpassent de loin le déjà culte « Flammentriebe » qui avait fait beaucoup parler de lui par une évolution logique dans la construction des morceaux alternant passages typiquement black à des parties plus clames à la guitare acoustique ou simplement accompagnés de violons ou flûtes. Donc, à partir de ce constat, Dornenreich a fait évoluer sa musique dans ce sens avec de magnifiques mélodies sur « Des Meeres Atmen » ou bien le tragique « Im Esten Aller Spiele » qui est à mon avis la quintessence même du groupe dans sa façon d’explorer les ambiances. On n’arrive pas à décoller de la richesse de cette œuvre qui prouve non seulement que ce groupe reste une exception dans la scène black métal, mais qu’en plus il offre là un album incontournable, qui si j’ai bien compris serait le dernier .
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LANTLÔS
Melting Sun CD
[
Prophecy ]
Lantlôs va s'imposé avec cet opus "Melting Sun" qui répond à merveille à un genre musicale qu'est le post-métal, mélangeant autant d'influences shoegaze pour les parties atmosphériques un tantinet nihiliste et bien sûr des passages black métal renforçant les structures rock des morceaux avec efficacité et surtout de nouveaux titres qui s'éloignent véritablement des disques précédents. On aborde dans "Melting Sun" une approche plus mélodieuse avec quelques titres comme "Azure Chimes" ou bien "Cherry Quartz" qui ouvrent le bal et mettent de suite dans l'ambiance pesante du disque. Bien sûr, il faudra plusieurs écoutes pour digérer toutes les rythmiques, la structure des morceaux comme les mélodies. Par contre, niveau vocaux, c'est le calme plat, puisqu'on est davantage dans une oeuvre instrumentale. Les fans du groupe vont adorer cette évolution et par la même occasion en trouver de nouveaux.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
DEATH TYRANT
Opus De Tyranis CD
[
Non Serviam ]
Que peut-on vraiment attendre d'un album comme celui-ci ?... Sachant qu'à la base on ne retrouve rien de novateur sinon des titres puissants qui allient efficacement tous les ingrédients du death / black pour accoucher de titres virulents comme "Tenebrae" et le superbe "Awakening of the Sleeping Gods" qui sont la marque de fabrique de Death Tyrant. Ou alors la présence de membres de Lord Belial et de Trident attisera votre curiosité pour vous faire découvrir ce disque aux constructions rythmiques parfaites, aux mélodies présentes, discrètes et puissantes. Il ne manque que ce côté "prise de risque" pour donner à ce disque une dimension plus culte et faire sortir ce groupe de l'ombre. Dans tous les cas, les fans pures de death / black à la Dissection seront ravis de faire tourner ce disque sans défauts apparents pour de tels musiciens.
  * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
ARKONA
Decade Of Glory CD
[
Napalm ]
A la base je ne suis pas fans d'albums Live qui n'apportent rien pour ce genre de groupes et dont souvent la production est bâclée. Là, avec "Decade Of Glory" le label Napalm Records a fait un très bon travail, d'une part avec la prodution claire et soignée, présentant un groupe de pagan / folk / metal très professionnel et d'une autre part des titres variées, faisant la part belle aux mélodies. Il faut aussi souligner que le disque comporte une trentaine de morceaux issus des six derniers disques du groupe : "Vozrozhdenie" et ses 4 titres pas franchement originaux, "Lepta" avec 2 titres ré-arrangés, "Vo Slavu Velikim" avec seulement 2 titres dont les choeurs apportent une nouvelle dimension à ces morceaux un peu oubliés et dont les mélodies sont parfaites, "Ot Serdtsa K Nebu" pour 6 titres, "Goi, Rode, Goi" avec pas moins de 9 titres, autant dire l'album entier et la joie de retrouver ce qui restera son chef d'oeuvre et enfin le magnifique album "Slovo" et ses 8 titres. Ce qui est pas mal pour jetter une oreille sur la carrière d'Arkona, qui ces dernières années commence à monter en puissance. A noter que pour ce live exceptionnel, le groupe s'est entouré d'une chorale qui apporte une touche symphonique supplémentaire et que sur la plupart des titres, Arkona s'est permis de re-interpréter ses titres. Les fans vont adorer et ceux qui ne connaissent pas encore Arkona, voici une Live best-of à porter de tous .
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
HATE
Solarflesh CD
[
Napalm ]
Je suis ce groupe depuis quelques années déjà et je dois avouer être surpris par la progression de Hate, qui de disque en disques arrive toujours à me surprendre ! On ne va pas parler de révolution dans son death metal, mais Hate maîtrise à la perfection son sujet avec des titres compacts à la limite du technique, mais toujours en gardant à l'esprit cette envie de varier chaque titres pour aérer l'album. C'est pour cela que le titre "Eternal Might" pose la marque de Hate dans un death surpuissant et haineux, qui par moment me fait penser à la rythmique de leur compatriotes de Behemoth. Parfois, il prend quelques risques avec "Festival Of Slaves" et son intro / refrain à la limite de l'oriental. Il y a une poignée de titres comme ça qui arrivent à sortir du lot... Mais à ce jour et vu la quantité de groupes qui sortent des albums techniques, puissants et bien produits, il faudra que hate se démarque soit par une touche mélodique plus prononcé ou l'apport de sample qui apportera plus de sonorités et d'ambiances à leurs titres. Quoi qu'il en soit, "Solarflesh" est une réussite de death metal puissant que les fans vont adorer... Un groupe à suivre.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
HEAVATAR
All My Kingdoms CD
[
Napalm ]
"All My Kingdoms" est un album qui s'adresse avant-tout aux fans de power metal juteux qui apprécient les grosses mélodies bien surupeuses et les rythmiques béton pour ne pas faire dans la dentelle. Alors quand on rajoute à ce feux d'artifices de mélodies une production catchy et efficace de puissance avec des éléments directement empruntés à la musique classique, "All My Kingdoms" sonne comme un excellent album avec un titre comme "Replica" qui est en sorte le "single hit" du groupe et fait la démonstration du talent des musiciens ( des Van Canto , Stratovarius.. etc... rien que ça !!! ). Il est évident que l'on retrouve quelques influences de leurs groupes principaux dans la constructions des rythmiques ou des choeurs / vocaux, mais tous les titres fonctionnent bien si vous n'êtes pas un grand consommateurs de power metal mélodique. Avec Heavatar, un nouveau groupe vient pointer du nez et apporter une bouffée d'air frais et devrait logiquement compter et nous surprendre avec ses futurs productions. En attendant, plongez-vous dans cet excellent premier album
.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CRASHDÏET
The Savage Playground CD
[
Frontiers ]
Pour apprécier un album comme "The Savage Playground" il faut un tant soit peu apprécier à sa juste valeur un style musical comme le sleazy-rock avec de bon riffs hard-rock ou carrément heavy métal, mais surtout apprécier les mélodies comme sur les titres "Cocaïne Cowboys" ou "Sin City" morceau impeccable dans le refrain et les parties solos. Bien sûr on peut regretter le côté répétitif de certains titres et cette facilité à reproduire tous les gimmicks du style pour ne pas se ré-inventer et trouver tout simplement leur propre stye. Par contre, ceux qui ne sont pas accoutumé à ce genre musical, trouveront dans "The Savage Playground" un très bon disque, puissant, mélodique à souhait et agréable à écouter .
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
JORN
Symphonic CD
[
Frontiers ]
Ce type d'album a toujours la fâcheuse tendance à diviser en deux la fan-base du groupe. D'un côté ceux qui vont crier au scandal en découvrant tous les titres de Jorn revisités avec un orchestre symphonique et de l'autre, ceux qui connaissent peu le groupe et pourront ainsi découvrir une autre facette de cette formation. Bien sûre, le fait d'inclure une orchestration à des titres cultes comme "I Came To Rock", l'excellent "The World I See" ou "War Of The World" qui ont de la saveur et nous font redécouvrir des titres un peu oubliés. Même si pour cela on aurait aimé plus d'envergure dans les orchestration et un choix plus audacieux de la part de Jorn Land. Par exemple un concert accoustique avec une partie symphonique sur des titres phares de Jorn et des titres totalement inédits. Du coup, je conseille plutôt ce disque à ceux qui ne connaissent pas Jorn et le heavy symphonique.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
U.D.O
Steelhammer CD
[
Afm ]
UDO restera toujours UDO et nous prouve avec ce nouvel album qu'ils maîtrisent amplement leur style, décrit comme un croisement entre le heavy metal old school des années 90's et le power métal actuel. Bien sûr, pour ce "Steelhammer", ils ont décidés de s'étaler sur un concept tournant autour du futur à peu de choses près, telle une B.O. C'est pour cela qu'on retrouve tout au long de l'album des titres parlés ou bien instrumentaux. Bien sûr, tout le talent du groupe est présent avec trois magnifiques titres "Heavy Rain" et l’art de composer de belles ballades ou le plus pêchu "King Of Mind" qui n’est pas sans rappeler les derniers Alice Cooper et le titre "Devil’s Bite" qui trace avec justesse leur évolution vers une maîtrise totale de leur art : le heavy metal dans toute sa splendeur. Bref, cette nouvelle offrande de UDO, sans casser la baraque reste toujours dans la même lignée, avec des titres percutants et mélodiques. Certes, le groupe ne révolutionne pas le genre, mais propose comme à l’accoutumé un album efficace pour les fans.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
MASTERPLAN
Novum Initium CD
[
Afm ]
Masterplan est un groupe à part dans la scène heavy mélodique ayant démarré avec de très bons albums pour terminer une carrière en dents de scie dû à d’incessants changements de lin-up. Avec « Novum Initium » ils reviennent sur le front avec un l’album de la résurrection et des titres qui le sont tout aussi : « The Game » qui déroule le tapis et envoi la sauce avec un titre percutant, changeant sa façon d’écrire par rapport aux derniers disques, "Pray on My Soul" et sa mélodie imparable qui s’annonce déjà comme un classique du groupe. Bref, vous l’aurez compris, avec « Novum Initium » Masterplan renaît de ces cendres et nous offre à ce jour son disque le plus abouti, mais également le plus varié avec une palette musicale puisant autant dans le heavy, le symphonique que le power, mais toujours avec la touche Masterplan. Alors quand on sait la production de cet album claire et puissante, on ne peut qu’adhérer a leur grand retour. A posséder de toute urgence.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
LORDI
To Beast Or Not To Beast CD
[
Afm ]
Avec seulement 7 albums en presque 15 ans de carrière, on ne peut pas dire que Lordi soit un groupe prolifique. Par contre, on peut souligner que Lordi est un groupe bien à part de la scène hard-rock et à ce jour n'a livré que d'excellents albums. Du coup, se plonger dans "To Beast Or Not To Beast" est un délice pour ceux qui apprécient les belles mélodies et les compositions aux arrangements soignés. C'est d'ailleurs une nouvelle étape que franchit Lordi avec parfois quelques sonorités modernes qui empruntent à l'indus avec des parties de guiatres et de basses mécaniques et froides. On arrive facilement à se plonger dans les différents titres qui possèdent chacune une mélodie spécifique. Avec cette progression dans le son et des compos toujours aussi puissantes, Lordi asseoit sa notoriété et impose dorénavent un style, un son et une imagerie. Il serait dommage de passer à côté de ce disque incontournable de cette année.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
JUNGLE ROT
Terror Regime CD
[
Victory ]
Ce que j’aime dans un disque c’est quand illustration de la pochette est en parfaite adéquation avec la musique proposée par le groupe et en symbiose avec chacun des titres qui sont avant tout des bombes, des obus qu’on pourrait se recevoir en pleine face. Point de technicité, de fioritures ou encore moins de mélodies a proprement parlé pour les 11 titres qui proposent un death metal sans concessions bourré d’agressivité comme « I Am Hatred » ou bien “Rage Through the Wastelands” et “Ruthless Omnipotence” mâtinés d’une bonne dose de trash US / hardcore qui apportent sur certains titres une couleurs supplémentaire et permet au disque de ne pas tourner en rond. A noter que le groupe s’octroie une reprise de D.R.I avec le titre « I Don't Need Society » plutôt intéressante. Bref, sans allez chercher l’originalité, Jungle Rot prouve qu’il est possible avec un bon death metal d’écrire un album percutant et intéressant. A découvrir si vous aimez que ça tape fort et bien dans votre tête.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
NINE COVENS
On The Dawning Of Light CD
[
Candlelight ]
Dire que Candlelight Records ratisse large est vite dit. Disons simplement qu’ils font actuellement main basse sur tous les meilleurs groupes de métal anglais pour un label anglais culte et un public international. C’est donc comme cela qu’on pourra découvrir via l’intermédiaire de « On The Dawning Of Life » le groupe Nine Covens qui semble vouloir cacher son lin-up et préfère se concentrer sur sa musique. Car de ce constat, les 9 titres de ce disque explorent un black métal occulte, porté par des ambiances lugubres comme sur les titres « As Fire Consums » et « The Mist of Death » proposant pour ainsi dire des structures rythmiques pointues et une certaine idée de la technicité sans tomber dans la branlette de manche. Mais le plus intéressant restant que Nine Covens qui compose dans l’originalité a sû insuffler de l’énergie et une structure à chaque titres pour ne pas que le disque tourne en rond. Bref, entre titres techniques et ambiances occultes, « On The Dawning Of Life » s’inscrit comme l’un des disques les plus intéressants de ce milieu d’année.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CD
LP
ANAAL NATHRAKH
Vanitas CD
[
Candlelight ]
Anaal Nathrakh est une chimère faites de violence qui d’album en albums arrive à porter en musique le chaos suivit des ténèbres !. Avec son nouvel album « Vanitas » le groupe ne se contente pas d’être le plus violent possible, mais dégage dans son chaos sonore quelques passages épiques qui donnent plus de férocité à l’ensemble des titres. C’est-à-dire que dès que le groupe arrive à un paroxysme élevé de violence à l’aide d’un black métal sauvage, emplit de rage où un déluge de vocaux black noircit le tableau une lumière blanche s’ouvre pour laisser échapper une mélodie en chant claire, conférant à des titres comme « You Can't Save Me, So Stop Fucking Trying » et « Of Fire, And Fucking Pigs » une puissance épique qui n’est pas sans rappeler Emperor pour les orchestrations et la technicité, le côté viscéral en plus. Aucun doute qu’Anaal Nathrakh est allé encore plus loin dans sa recherche créatrice et a atteint des limites vertigineuses dans la violence auditive. Je ne peux que conseiller ce disque.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
WODENSTHRONE
Curse CD
[
Candlelight ]
Pouvoir pénétrer l’univers d’un groupe de black metal atmosphérique nécessite d’avoir des bases dans le black metal et une certaine ouverture d’esprit car par moment l’auditeur est pris d’ennui, faute de trouver des musiciens capables de redonner du souffle à leurs titres. Pour « Curse », premier album pour Candlelight Records, les anglais de Wodensthrone ont fait les choses en grand en développant des titres longs, assez mélodiques dans l’ensemble « Jormungandr » et « The Great Darkness » qui représente fidèlement l’art de ce groupe ou bien plus puissant avec «First Light » où les guitares jouent un rôle important car elles apportent une ambiance feutré et malsaine par moment. On peut également parler de « The Name Of The Wind » titre le plus long avec 13 minutes au compteur et des nappes de synthés mélodiques qui donnent vraiment une ambiance dépressive mais intéressante techniquement. Alors oui, « Curse » n’est pas un disque à proposer à un fans de métal mais plutôt à une frange spécialisée du black atmosphérique pour en apprécier la sève qui coule le long des 8 titres de ce petit disque vraiment intéressant.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
REVERENCE
The Asthenic Ascension CD
[
Candlelight ]
Que de chemin parcouru pour cette formation de black française qui tout au long de sa modeste carrière, pour l’instant, a sût s’imprégner de l’art black métal pour composer des disques avant-gardistes et élevant le genre musical vers d’autres stratosphères. « The Asthenic Ascension » ne déroge pas à la règle et offre une vision plutôt noir de sa musique en alliant avec intelligence black metal puissant et sonorités industrielles voire symphoniques pour une création de titres malsains comme peuvent l’être « The Descent », le déroutant « Genesis of Everything » fourre-tout semi-industriel qui prouve qu’avec talent on peut mélanger black pure et sonorités martiales. Et surtout « The Asthenic Ascension » clôturant ce disque de la plus belle façon qu’il soit, car ce titre représente avec luxuriance toutes les influences et toute l’ambiance de ce disque. Il est évident que Reverence vient d’écrire un nouvel album qui laissera des traces dans l’underground black français. A soutenir pour que ce groupe puisse évoluer et sortir de nouveau albums de cette ampleur.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
THY ART IS MURDER
Hate CD
[
Nuclear Blast ]
Alors que le deathcore jouissait d’une réputation plutôt évidente dans la scène death metal et cela à travers le monde entier avec des groupes de qualités évidents, ce style est toujours passé inaperçu. Avec « Hate », le groupe australien Thy Art Is Murder nous prouve que ce style ultra brutal risque encore d’évoluer et de sortir de très bons disques à l’avenir. La preuve en est avec « Hate » qui réunit toutes les tendances du death metal pour les assembler et créer un style hybride où les solos sont omniprésents, les vocaux grossit et toujours plus violent. De même que les structures rythmiques, toujours plus techniques et rapides pour passer en très peu de temps un maximum de notes. Ca reste frais, des titres comme « The Purest Strain Of Hate », l’incroyable « Defective Breed » le titre phare de ce disque et « Dead Sun » avec en featuring Nico Webers de War From A Harlots Mouths, sortent du lot et possèdent une véritable unité rythmique pour plaire aux plus grands fans de disque violents. N’hésitez pas à découvrir ce disque qui possède bien des qualités musicales.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
ORCHID
The Mouths Of Madness CD
[
Nuclear Blast ]
Après « Heretic » sortit 2012 qui avait assis le nom du groupe à travers le globe grâce à la machine Nuclear Blast, voici nos ricains de retour avec « The Mouths Of Madness » beaucoup plus aboutit, mais étrangement beaucoup plus lourd et rond !. Il faut dire que la production est très réussie avec la restitution des guitares accordées très grave et une voix aigus qui nous ramène directement dans le giron d’un Black Sabbath et des années 70’s…. On se demande ce qui se passe chez Nuclear Blast qui signe ici un groupe bien à part du reste de leur écurie. D’autant plus que le doom death d’Orchid possède de belles qualités de composition avec un titre comme « Nomad » et ses guitares jouissives. Aussi bien aussi pour « Silent One » qui vous écrasera de toute sa lourdeur comme « Leave It All Behind » la pépite de ce disque selon moi avec un refrain puissant et un jeu de guitares parfaites. Aussi soignés que sont les structures des titres, comme la production, « The Mouths Of Madness » est à découvrir pour peu qu’on est l’esprit ouvert.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CD
LP
IMMOLATION
Kingdom Of Conspiracy CD
[
Nuclear Blast ]
Avec la carrière que se traîne ce groupe culte de death metal et surtout tous ces excellents albums qu’ils ont sortis de façon régulier, je me demande encore ce qu’une chronique peut apporter au soutien d’un tel album. Il faut dire que « Kingdom of Conspiracy » est une tuerie en tout point de vue avec une production massive et surtout des titres compacts, puissants et dont la production claire et féroce fait ressortir des titres comme « Keep The Silence », l’énorme « All That Awaits Us » ou encore « A Spectacle Of Lies ». On pourrait comme cela parler des autres titres, tellement le groupe a travaillé les structure, les changement de rythmiques et surtout les mélodies ( hé oui ! ) changeante d’un titre à l’autre… Ce qui conforte « Kingdom of Conspiracy » comme étant le meilleur album du groupe qui se taille une nouvelle direction musicale. Inutile de vous dire que l’acquisition de « Kingdom of Conspiracy » est indispensable.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
SCORPION CHILD
Scorpion Child CD
[
Nuclear Blast ]
Pour ceux qui imaginé le vieux hard rock des années 70's mort et enterré, voici que le puissant label Nuclear Blast a décidé de signer ce groupe sur un coup de cœur, tout droit venu d’Austin dans le Texas !... Car il faut bien reconnaître que « Scorpion Child » a bien plus d’un titre emballant dans son tracking pour nous plonger dans ses mélodies chaleureuses comme « Kings Highway » très psychédélique dans ses sonorités ou bien « Salvation Slave » et «  Paradigm » sur des bases plus trash, qui même s’il n’est pas le plus intéressant dans la mélodie, possède bien des qualité dans les solos. Du coup, on passe vers de nombreuses émotion, allant de Black Sabbath par exemple à du Deep Purple et tous ces groupes trash des années 90’s pour la structure des morceaux. Qui il faut l’ajouter, sont assez variés et donne de l’air à l’ensemble de ce premier disque.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
CD
LP
TAAKE
Noregs Vaapen CD
[
Dark Essence ]
Ce groupe est une entité bien à part de la scène black métal et offre certainement la quintessence même de l’art noir avec un album plutôt original même si la production ne convainc pas sur tous les morceaux. Mais le primordial étant les ambiances bien construites sur des titres comme « Fra Vadested Til Vaandesmed » qui arrive à donner du corps au disque avec « Myr » et sa partie de banjo qui décidemment apporte un souffle de fraîcheur sur l’ensemble des morceaux. Par contre, ceux qui portaient « Doedskvad » comme un disque culte avec ses dizaines de riffs épiques seront déçus de ce « Noregs Vaapen » qui ne fait que répéter une recette calibré à l’infini. Il est sûr qu’on aurait aimé un peu plus d’audace dans la construction de chaque titres avec de la nouveauté et une orientation musicale plus aboutie. « Noregs Vaapen » s’écoute sans difficulté et divisera la fan bas en deux.
 
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
KRAKOW
Diin CD
[
Dark Essence ]
Bien que le label Dark Essence nous est habitué à des albums plus violents, Krakow est une réelle surprise et se démarque des disques chroniqués ici car il pratique un Post Metal plutôt efficace dans ses constructions rythmiques et arrive avec une certaine facilité à inclure dans un même titre comme "Hymn To The Winds" des parties atmosphériques où les mélodies et les ambiances assez sombres viennent rappeler que le groupe oeuvre dans un registre dark. Même les guitares qui se partagent le travail avec une section plutôt dépressive et lascinante, vient s'adjoindre l'aide d'un soliste aérien qui apporte ces mélodies à des titres comme "Sense Of Space" et "Termination Of Origin". Mais pour apprécier à sa juste valeur "iin" il faudra avant-tout aimer les longues parties instrumentales, des vocaux black ou en chant clair qui onnent à chacun des titres de cet album une ambiance à part. Entre mélodies torturés, passages angoissants et riffs destructurés pour un isque unique pour ces Norvégiens de Krakow.
Archives
REVENIR EN HAUT
Page crée par : Splatter prods 
 
 L'ESSENTIEL DE LA CULTUREx 
La structure collective de Underground Society Webmag est dirigée, codée et implantée sur le web par Philippe Duarte et tout les membres issus de l'association Smile And Pepper + Splatter Productions. Ce site est visible sur Internet Explorer 4.0 et testé sous d'autres formats [ nous ne sommes pas responsables des dommages occassionés ]. Tous les articles sont Copyright et restent la propriété exclusive de leurs auteurs.